Blogaholic
Logga in
·
Styr upp en egen blogg
·
Köp Bitcoins billigt

Les chirurgiens-dentistes n'ont pas le droit de pratiquer des dépassements

Les chirurgiens-dentistes n'ont pas le droit de pratiquer des dépassements d'honoraires dans la plupart de leurs actes. Ils ouvrent leurs portes ce dimanche pour expliquer leur profession et leurs tarifs.


Les chirurgiens-dentistes libéraux ont perçu en moyenne 92.567 euros en 2013, indiquent les chiffres de la Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes et sages-femmes (taille plâtre prothese dentaire ).


16,5% des chirurgiens-dentistes ont touché moins de 38.040 euros et 10,3% ont gagné plus de 190.200 euros, poursuit la CARCDSF. Ces écarts croissent régulièrement. Les revenus sont largement plus élevés dans le Nord, peut-on lire dans une étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), datée d'août 2013. La fluctuation des revenus moyens d'activité des dentistes est très fortement liée à la densité de dentistes libéraux présents sur le territoire: plus il y a de dentistes libéraux sur un département, plus le revenu par praticien baisse, signale la DREES. Par ailleurs, la CARCDSF révèle que les dentistes de moins de 35 ans ont un revenu de 33 % inférieur à la moyenne. (compresseur d'air pour cabinet dentaire)


«Lorsqu'on travaille dans des zones où les patients sont, pour la plupart, des bénéficiaires de la CMU, les revenus sont rapidement limités puisque les actes à honoraires libres deviennent réglementés par la Sécurité sociale», déclare Catherine Mojaïsky, présidente de la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD).


L'activité d'un chirurgien-dentiste français se décompose en deux parties: les actes à honoraires dits opposables, dont les tarifs sont fixés par l'Assurance Maladie Obligatoire (AMO) sans possibilité de dépassement, et les actes à honoraires libres. Les actes à honoraires opposables sont constitués par les soins conservateurs (traitements des caries et dévitalisations), préventifs (détartrage) et chirurgicaux (extractions), ainsi que les actes de radiologie. La CNSD assure qu'ils représentent à eux seuls environ 65 % de l'activité d'un cabinet dentaire français, mais seulement 35 % de ses recettes. Il est clair que sans les actes à honoraires libres (prothèses dentaires et actes d'orthodontie), un cabinet dentaire en France ne peut pas faire face à ses charges. «Les soins dits ‘conservateurs' et chirurgicaux sont sous-évalués», déplore Catherine Mojaïsky. «Nous réclamons d'être davantage rémunérés sur la prévention. Quand nous expliquons aux enfants qu'il ne faut pas s'endormir avec un bonbon dans la bouche ni boire trop de soda, ils ont moins de caries», argumente le président de l'Ordre National des Chirurgiens-Dentistes (ONCD), Christian Couzinou.

 

Publicerat klockan 10:48, den 16 juli 2016
Postat i kategorin Okategoriserat
Dela med dig på Facebook, MySpace, Delicious

Det finns inga kommentarer

Skriv en kommentar

Namn
Email
Bloggadress
Vad blir sex plus åtta? (Svara i siffror.)
Kommentar
Laddar captcha...
Om den inte laddar, var god inaktivera av Adblock!
För att publicera en kommentar måste du verifiera vår Captcha. Den använder under några sekunder en del av din processor för att bekräfta att du inte är en bot.